Il ne verra jamais mon petit chez-moi d’adulte.

Il n’assistera pas à mes noces.

Il ne connaîtra pas mes enfants.

Il ne me fera plus de clin d’oeil accompagné d’un sourire en coin.

Il ne me regardera plus de ses yeux bleus intenses.

Mes parents resteront à l’hôpital jusqu’à 2h du matin, heure à laquelle d’autres membres de la famille prendront le relais au chevet de mon grand-père. Paraît que ce n’est qu’une question d’heures…

1 réflexion au sujet de « … »

Laisser un commentaire