Question de style!

Alors que j’étais étudiante, j’ai eu la chance de faire deux stages très formateurs dans la fonction publique fédérale et provinciale. Ce premier stage pour le gouvernement du Canada, surtout, m’aura forgé une qualité/défaut qui me définit maintenant presque entièrement : le straight-to-the-point.

Je m’explique. Ma superviseure n’était pas du genre à perdre du temps. Ces courriels étaient directs. Pas de « Bonjour Huguette! Comment ça va ce matin? Pourrais-tu me faire cela le plus tôt possible, svp? » Non. Elle, c’était « Merci de t’occuper de ceci pour tel événement. » C’est beau, poli et sans équivoque. Sa droiture m’impressionnait au plus haut point. Moi aussi, je voulais être écoutée et respectée comme cela.

J’ai donc rapidement appris à ne pas étirer mes courriels de longues phrases interminables. À aller straight-to-the-point. Pas de bla bla. Même chose pour mes appels. Je t’appelle pour ça. Tu as la réponse? Bien. Non? J’en ai vraiment besoin. Point.

Avec le temps, je m’aperçois que le straight-to-the-point doit être utilisé avec modération, car il peut souvent être perçu d’un mauvais oeil, même lorsque l’intention n’est pas mauvaise. J’ai perdu ma faculté de « flatter dans le sens du poil ». Une mauvaise chose? Pas vraiment quand on pense que j’étais une de ces enfants incapables de dire non, de s’affirmer et de tenir son point.

Tout ce préambule pour dire ceci : je viens de réussir à envoyer un courriel à une cousine en lui demandant comment elle allait, lui donner des nouvelles de moi pour finalement donner la raison de mon courriel. Je suis vraiment fière de moi! Normalement ça aurait donné : « Allô toi! Je me demandais si tu avais encore cela qui m’appartient. J’attends de tes nouvelles! ». À la limite du bête, je sais. Comme j’adore cette cousine, j’y ai mis du coeur et de l’effort.

Bref, je suis fière de moi.

N.B. Je crois que ce straight-to-the-point qui m’empêche de tenir ce blogue à jour. Pourquoi écrire s’il n’y a pas de fil conducteur précis? Pour raconter des histoires sans importance? Allons droit au but!

Laisser un commentaire